Life 74 _ Stroke _ Causes, signs, prevent and treat
0 0
0 0
Read Time:16 Minute, 47 Second

ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL

L’accident vasculaire cérébral (AVC) s’agit d’une maladie cérébrale grave qui survient lorsque l’apport sanguin au cerveau est interrompu par diverses causes telles qu’un blocage ou une rupture d’un vaisseau sanguin dans le cerveau. À ce moment-là, la quantité d’oxygène et de nutriments qui alimentent les cellules du cerveau est gravement déficiente. Après seulement quelques minutes de privation de cet oxygène et de ces nutriments, les cellules du cerveau commenceront à mourir et de graves complications commenceront à se produire, la vie du patient étant directement menacée.
Si le patient n’est pas traité à temps, si la durée d’un accident vasculaire cérébral se prolonge, le nombre de cellules cérébrales mortes va augmenter et ainsi entraîner des conséquences plus graves, difficiles voire irréversibles, directement liées à la capacité de bouger, de sentir, de ressentir, penser, etc… et la pire des conséquences possibles est la mort.

Alors comment reconnaître un AVC ? Voici quelques signes et symptômes importants qui peuvent vous aider à reconnaître rapidement un AVC, si cela vous arrive, à votre proche ou à toute personne que vous voyez.

SIGNES AVANT-COUREURS D’UN AVC

3 signes importants à retenir :

De nombreux signes peuvent annoncer un AVC, mais voici les trois plus importants et les plus faciles à retenir, dont vous devez être conscient s’il se produit :

Visage déformé :

Disproportion faciale inhabituelle. Si le patient présente une asymétrie faciale anormale, en particulier la bouche est déformée, les sillons nasogéniens sont déviés d’un côté, etc., vous devez immédiatement penser qu’il s’agit d’un signe d’accident vasculaire cérébral et qu’il est nécessaire de prendre des mesures de prévention et de traitement.

Main paralysée :

La mobilité est brutalement réduite voire arrêtée. Plus précisément, les membres sont engourdis, difficiles à déplacer tandis qu’un côté du corps est engourdi.

Zézaiement soudain :

Engourdissement dans la bouche, difficulté à prononcer les mots, zézaiement anormal

S’il y a 3 de ces signes, vous devez immédiatement penser au risque d’accident vasculaire cérébral et appeler d’urgence une ambulance et emmener le patient au centre médical dès que possible.
De plus, d’autres signes peuvent également vous aider à mieux déterminer votre risque d’AVC :

Autres signes

La visibilité a diminué.

L’acuité visuelle est réduite, à savoir une vision floue, une vision floue, etc. Cependant, dans la réalité, les manifestations liées à la vision ne sont souvent pas évidentes, elles peuvent donc rendre les patients méconnaissables.

Troubles de la mémoire, de la pensée et de l’expression

La mémoire est perturbée, la perception et la pensée sont difficiles, il y a un sentiment d’ambiguïté, la parole est floue, brouillée ou même dépourvue de sens.

Maux de tête sévères

Le mal de tête peut survenir rapidement et provoquer des nausées ou des vomissements, etc.

Veuillez noter que, selon l’état de santé de chaque personne, les signes d’un AVC sont différents.
De plus, une personne peut souffrir d’une maladie connue médicalement sous le nom d' »attaque ischémique transitoire » avec des symptômes similaires à ceux d’un accident vasculaire cérébral, mais qui ne surviennent que quelques minutes plus tard.
Une attaque ischémique transitoire est un signe avant-coureur d’un AVC imminent, peut-être dans quelques jours ou un mois. Cependant, de tels signes d’AVC peuvent aller et venir si rapidement que le patient ne peut pas faire attention et prendre des précautions.
Par conséquent, vous devez apprendre à écouter votre corps, lorsque vous voyez ces signes apparaître, vous devez prendre l’initiative de consulter un médecin dès que possible pour être vérifié.
Le traitement de l’AVC doit être instauré immédiatement et le plus rapidement possible. Chaque minute qu’un AVC dure, les dommages au système nerveux s’aggravent, avec près de 2 millions de neurones qui meurent chaque minute. Encore une fois, si vous voyez l’un des signes avant-coureurs d’un AVC, contactez immédiatement votre médecin ou les services d’urgence les plus proches.

PRINCIPAUX TYPES D’AVC

Il existe 2 types d’AVC qui surviennent le plus souvent, l’AVC ischémique et l’AVC hémorragique, plus précisément :

Le premier type _ AVC ischémique :

Causée par un blocage dans une artère, elle représente environ 85% de tous les accidents vasculaires cérébraux. Parmi les types d’AVC ischémiques, les deux suivants sont les plus courants :

AVC thrombotique :

Un blocage causé par la formation de caillots sanguins (également appelé thrombus) ou par des dépôts graisseux dans les artères du cou ou du cerveau.

AVC vasculaire :

Blocage par des caillots sanguins qui se forment quelque part dans le corps (généralement le cœur) et se déplacent vers le cerveau. La cause la plus fréquente est un rythme anormal dans les deux cavités supérieures du cœur (fibrillation auriculaire), qui peut provoquer la formation de caillots sanguins.

Heureusement, les thérapies préventives sont efficaces pour tous les types d’AVC ischémique.

Le deuxième type _ Accident vasculaire cérébral hémorragique :

Hémorragie signifie saignement. Ce type d’AVC est causé par une fuite ou une fissure dans une artère cérébrale ou à la surface du cerveau. Ces fissures peuvent être causées par un anévrisme dans une zone mince et faible de la paroi artérielle, ou par une malformation du système cérébrovasculaire. Environ 15 % des AVC sont hémorragiques.

Saignement à l’intérieur des tissus cérébraux

Une hémorragie peut survenir dans le cerveau, c’est-à-dire un saignement à l’intérieur du tissu cérébral, pour de nombreuses raisons, telles que la rupture d’une artère cérébrale qui répand du sang dans les tissus environnants, une hémorragie intraparenchymateuse, c’est-à-dire un saignement dans le tissu cérébral, ou une hémorragie intraventriculaire saigne dans le système ventriculaire du cerveau.

Hémorragie sous-arachnoïdienne

De plus, des saignements peuvent également se produire à l’extérieur du tissu cérébral mais toujours à l’intérieur du crâne, en particulier entre l’arachnoïde et les membranes molles – (qui est la fine couche la plus interne des 3 méninges qui entourent le cerveau). Par conséquent, cette forme de saignement est également appelée « hémorragie sous-arachnoïdienne ».

En plus des deux principaux types d’AVC mentionnés ci-dessus, les patients peuvent également subir un autre type d’AVC, appelé « attaque ischémique transitoire » comme mentionné ci-dessus.

Accident ischémique transitoire (AIT)

Souvent appelés mini-AVC, il s’agit en fait de brefs épisodes de symptômes d’AVC qui ne durent généralement que quelques minutes.
Bien qu’une attaque ischémique transitoire soit causée par une diminution temporaire de l’apport sanguin à une partie du cerveau, elle n’a pas d’effets significatifs à long terme. Mais ce type de petit AVC est considéré comme un signe avant-coureur d’un risque d’AVC plus élevé et doit être examiné et évalué par un spécialiste.
Alors, quel est le risque d’AVC?

FACTEURS DE RISQUE D’AVC

Parmi les facteurs de risque pouvant provoquer un AVC, il y a ceux qui ne peuvent pas être modifiés, ou les facteurs incontrôlables, et ceux qui peuvent être modifiés et contrôlés, plus précisément : 

Facteurs qui ne peuvent pas être modifiés :

  • Âge. Les personnes de tous âges sont à risque d’AVC, cependant, les personnes âgées ont un risque plus élevé d’AVC que les jeunes. Après 55 ans, toutes les 10 années supplémentaires, le risque d’avoir un AVC double.
  • Sexe. Les hommes ont un risque plus élevé d’AVC que les femmes.
  • Histoire de famille. Les personnes dont les proches ont eu un accident vasculaire cérébral ou ont souffert d’un infarctus du myocarde ou d’un accident ischémique transitoire ont un risque plus élevé d’accident vasculaire cérébral que la population générale.
  • Race. Les Afro-Américains sont près de deux fois plus susceptibles d’avoir un accident vasculaire cérébral que les Blancs.

Facteurs contrôlables :

  • Histoire d’AVC. Les personnes ayant des antécédents d’AVC ont un risque plus élevé d’avoir un AVC récurrent, surtout au cours des premiers mois. Ce risque dure environ 5 ans et diminue avec le temps.
  • Diabète. Les problèmes associés au diabète sont susceptibles d’augmenter le risque d’AVC.
  • Maladies cardiaques. Les personnes atteintes de maladies cardiovasculaires telles que l’insuffisance cardiaque, la fibrillation auriculaire, les infections cardiaques, les arythmies, etc. sont plus susceptibles d’avoir un accident vasculaire cérébral que la population générale.
  • Hypertension artérielle. L’hypertension artérielle exerce une pression accrue sur les parois des artères, causant au fil du temps des dommages aux parois des artères entraînant une hémorragie cérébrale. En outre, l’hypertension artérielle crée également des conditions propices à la formation de caillots sanguins, ce qui entrave le flux sanguin vers le cerveau. Par conséquent, l’examen de la pression artérielle est également l’une des mesures pour trouver la cause de l’AVC.
  • Cholestérol. Les graisses sanguines, y compris des taux élevés de mauvais cholestérol dans le sang, peuvent s’accumuler sur les parois des artères, formant des obstacles qui bloquent les vaisseaux sanguins du cerveau.
  • Surpoids, obésité. Les personnes en surpoids ou obèses peuvent facilement être à l’origine de nombreuses maladies telles que l’hypertension artérielle, la graisse dans le sang et les maladies cardiaques. Risque accru d’AVC.
  • Fumée. Des études ont montré que les fumeurs sont deux fois plus susceptibles d’avoir un accident vasculaire cérébral que les non-fumeurs. Le tabagisme endommage les parois des vaisseaux sanguins, accélérant le processus de durcissement des artères. Le tabagisme endommage également les poumons, obligeant le cœur à travailler plus fort, provoquant une hypertension artérielle. La bonne nouvelle, c’est que si vous arrêtez de fumer aujourd’hui, d’ici deux à cinq ans, votre risque d’AVC chutera à celui d’une personne qui n’a jamais fumé.
  • Mode de vie malsain. Une alimentation déséquilibrée, un équilibre insuffisant des nutriments, l’inactivité sont l’une des causes des accidents vasculaires cérébraux.
  • En outre, on pense également que l’AVC est lié à l’utilisation de stimulants tels que la cocaïne et la méthamphétamine, la consommation excessive d’alcool, de bière, l’utilisation de contraceptifs oraux et l’hormonothérapie substitutive avec des œstrogènes, etc.

Et, une personne a eu un accident vasculaire cérébral heureusement sauvé, quelles sont les conséquences possibles par la suite ?

CONSÉQUENCES APRÈS UN AVC

Le rétablissement après un AVC varie d’une personne à l’autre. Certaines personnes sont capables de se rétablir complètement tandis que d’autres peuvent avoir un handicap léger, modéré ou grave.
Les conséquences spécifiques pour un survivant d’un AVC dépendront de l’emplacement et de l’étendue de l’AVC et de la rapidité avec laquelle la personne a reçu les premiers soins et traitée. Un accident vasculaire cérébral dans l’hémisphère gauche du cerveau peut affecter la communication et la mémoire, ainsi que la mobilité du côté droit du corps. Un accident vasculaire cérébral dans l’hémisphère droit du cerveau peut affecter les capacités spatiales et cognitives, ainsi que la mobilité du côté gauche du corps.
En fait, aucun cas de blessure ou de défaut ne peut être exactement le même. Cependant, les conséquences physiques, cognitives et émotionnelles générales de ces individus sont souvent :

  • Engourdissement ou faiblesse : survient généralement sur un seul côté du corps, y compris le visage et la bouche. En particulier, le patient peut avoir des difficultés à avaler et peut perdre le sens de l’existence du côté affecté du corps.
  • Acuité visuelle : les patients peuvent présenter une perte de vision marquée, des angles morts ou une vision périphérique altérée.
  • Capacité réduite de comprendre et d’exprimer dans la communication, en particulier, le patient peut plus ou moins perdre la capacité de parler, comprendre, lire et écrire.
  • Troubles émotionnels, perte de contrôle sur les émotions. Les patients peuvent avoir des expressions de joie, de tristesse, de rire ou de pleurs de manière déraisonnable et incontrôlable. En fait, ces symptômes vont et viennent souvent rapidement et peuvent s’atténuer avec le temps.
  • Dépression. Les troubles anxieux sont souvent présents chez les personnes ayant subi un AVC avec anxiété à propos d’un AVC récurrent. C’est une condition qui peut avoir des causes physiologiques et psychologiques et est particulièrement douloureuse pour ceux qui sont trop préoccupés par un éventuel accident vasculaire cérébral à l’avenir et s’inquiètent des pires conséquences, etc. Dans de tels cas, l’utilisation de médicaments est nécessaire pour soulager ces symptômes d’anxiété excessive.

COMMENT TRAITE-T-ON UN AVC?

Parlons d’abord de la façon de prodiguer les premiers soins à une personne victime d’un AVC avant d’être hospitalisée ou avant l’arrivée du personnel d’urgence.

Premiers secours pour les patients victimes d’AVC

Pour rappel, les symptômes d’une personne victime d’un AVC sont un visage déformé, une paralysie d’une jambe ou d’un bras, des troubles de l’élocution ou des troubles de l’élocution, une vision floue, des maux de tête, etc.
Voici quelques notes spécifiques et méthodes de premiers secours qui peuvent aider les patients plus efficacement :

  • La première chose à faire est d’essayer d’évaluer le niveau de vigilance du patient afin de pouvoir à la fois renseigner le personnel médical et intervenir directement pour sauver le patient.
  • Placez le patient dans l’endroit le plus sûr et le plus confortable pour attendre le soutien du personnel médical.
  • Appelez immédiatement une ambulance.
  • En attendant, vous devez prendre en charge le patient en fonction de son état
  • Si le patient est encore éveillé, placez-le dans la position la plus confortable. Vous pouvez également les recouvrir d’une fine couverture ou d’un objet similaire pour éviter les pertes de chaleur pour le patient
  • Parlez au patient de manière calme et positive. Encouragez et rassurez toujours le patient.
  • Vérifiez régulièrement que le patient respire encore. S’il a du mal à respirer, desserrez ses vêtements, en particulier certaines choses comme les cravates, les écharpes, les ceintures, etc.
  • En attendant une prise en charge, il est nécessaire de surveiller de près pour détecter rapidement des changements anormaux dans l’état du patient. Si nécessaire, surtout si le patient n’est pas réveillé, allongez-le sur le côté avec la tête légèrement relevée au cas où il vomirait. N’oubliez pas que la position couchée sur le côté est également connue sous le nom de position de réanimation. C’est la position pour protéger les voies respiratoires du patient, également le meilleur choix pour assurer la sécurité du patient.
  • Chez un patient comateux, lorsqu’il est allongé sur le dos, la langue descend jusqu’à la gorge, obstruant et bloquant les voies respiratoires. Si le patient vomit en position couchée sur le dos et que la conscience n’est pas complètement éveillée, il est facile d’inhaler le vomi dans les poumons, provoquant une obstruction des voies respiratoires ou une insuffisance respiratoire, ce qui est très dangereux. Par conséquent, il est nécessaire de placer le patient sur le côté pour permettre aux vomissures de s’écouler facilement.
  • Dans le cas où le patient a une convulsion, les baguettes enveloppées dans un tissu doivent être prises pour bloquer la bouche du patient afin d’empêcher le patient de se mordre la langue. Dans le même temps, assurez-vous que les baguettes n’empêchent pas le vomi de s’échapper.
  • La mauvaise situation est que si le patient est en arrêt cardiaque, vous devez effectuer un massage cardiaque extra-thoracique.

Veuillez noter que lorsque vous effectuez les premiers soins d’un AVC sur place, ne laissez absolument pas le patient utiliser des médicaments ou manger quoi que ce soit, et n’intervenez pas arbitrairement avec des mesures de traitement si vous n’êtes pas formé dans ce domaine. Au contraire, vous devez conserver une trace du moment où le patient a commencé à présenter des symptômes anormaux d’AVC et noter les médicaments que le patient prend ou a une ordonnance à remettre au personnel médical.

Traitement de l’AVC

Lorsqu’un AVC survient, une hospitalisation est nécessaire pour déterminer la cause et le type d’AVC afin de traiter ou de prévenir d’autres complications. Un traitement médical ainsi qu’une intervention chirurgicale peuvent être nécessaires.

N’oubliez pas que plus cela prend de temps, plus les cellules du cerveau meurent ! Pourtant, les cellules nerveuses ne sont pas capables de se régénérer. Par conséquent, la capacité du corps à bouger et à penser est plus affectée et difficile à récupérer, voire la mort. Par conséquent, les personnes qui ont subi un AVC ont besoin d’une attention médicale, d’un diagnostic et d’un traitement immédiats.

Dans les traitements d’urgence et d’AVC, les gens disent souvent que « le temps, c’est le cerveau« , ce qui signifie que plus le temps est long, plus la perte de cerveau est importante. En fait, pour le traitement de l’AVC en général, il est plus efficace pour les patients dans les 3 premières heures. En revanche, l’espoir de survie est très faible 6 heures après un AVC. Plus précisément en tant que :

Si le patient reçoit une intervention médicale en temps opportun dans les 1 à 3 premières heures, il pourra récupérer et reprendre une vie normale.

Si le patient reçoit une intervention médicale dans les 4 à 6 heures qui suivent, le patient a encore une chance de vivre mais peut avoir de nombreuses séquelles graves.
et, si le patient est admis trop tard, avec intervention médicale seulement après 6 heures, le taux de survie est très faible.

Par conséquent, « le temps d’or dans le traitement d’urgence et d’AVC » est vraiment précieux que les patients doivent être examinés, diagnostiqués et traités le plus rapidement possible sans manquer, évitant de graves lésions cérébrales. Une mauvaise efficacité de l’intervention entraîne des complications post-intervention élevées.

Une fois que l’état du survivant d’un AVC s’est stabilisé et que les cellules nerveuses ne meurent plus par manque d’approvisionnement en sang, la phase de rééducation commence.

N’oubliez pas que la réadaptation ne guérit pas un AVC. Au lieu de cela, il se concentre sur la minimisation des dommages permanents et l’augmentation de l’adaptation à un corps qui a été plus ou moins endommagé.

La rééducation peut comprendre un entraînement actif avec divers domaines dont le mouvement, l’équilibre, la conscience spatiale et corporelle, le langage, et de nouvelles méthodes d’adaptation psychologique et émotionnelle, de contact, tout en contrôlant le système digestif/excréteur etc…

Un tel programme de réadaptation post-AVC implique les efforts concertés de nombreux professionnels de la santé.
Jusqu’à 80 % des survivants d’un AVC présentant des déficits physiques, cognitifs et langagiers peuvent être aidés par la réadaptation. Il s’agit d’un processus de traitement long et coûteux, nécessitant des efforts et de la persévérance de vous-même et de votre famille, et nécessite le soutien actif de la communauté sous forme d’assurances, de subventions, de ressources sociales ou autres ressources communautaires etc…

Alors, peut-on prévenir l’AVC et comment l’éviter ?

PRÉVENIR UN AVC

Contrôler les facteurs contrôlables

Pour prévenir un AVC, la chose importante que nous pouvons et devons faire est de contrôler les facteurs contrôlables, tels que :

  • Détection précoce et traitement du diabète. Traitement et contrôle efficaces des complications du diabète.
  • Détecter les signes potentiels de maladies cardiovasculaires, prévenir et traiter rapidement les maladies cardiovasculaires
  • Détecter et contrôler l’hyperlipidémie, l’hypertension artérielle, etc.
  • Buvez beaucoup d’eau et de jus de fruits.
  • Suivez une alimentation saine avec des aliments bons pour la santé en général et surtout bénéfiques pour le système cardiovasculaire en particulier. Dans le même temps, évitez les aliments et les aliments nocifs, qui peuvent aggraver la situation.

Certains aliments devraient être consommés plus

Certains aliments sont particulièrement précieux pour le système cardiovasculaire, en prévenant les accidents vasculaires cérébraux :

  • Aliments riches en oméga-3 comme le saumon, le thon, le maquereau.
  • Les lentilles, les légumes verts foncés, les asperges, les brocolis, les noix, les radis… sont riches en folate.
  • Les aliments qui aident à réduire le mauvais cholestérol comme l’avoine, le soja, les amandes.
  • Les aliments riches en magnésium tels que les céréales, les bananes, les avocats, les légumineuses, les algues, les framboises, etc.

Quelques aliments nocifs, à éviter :

  • Aliments en conserve et préparés.
  • Les aliments trop salés comme les aubergines salées, les cornichons, etc. Plus vous mettez de sel dans votre corps, plus votre tension artérielle est susceptible d’augmenter.
  • Limitez votre consommation de viandes grasses et de produits laitiers gras, car ils sont riches en graisses saturées, ce qui n’est pas bon pour la santé cardiaque.
  • Ne mangez pas beaucoup de jaunes d’œufs et d’aliments contenant beaucoup de cholestérol comme la margarine, les crevettes, les chips, le foie d’animal, le fromage…
  • Limiter ou arrêter l’alcool, le tabac pour prévenir le processus d’athérosclérose, réduire le risque de récidive d’AVC.

Changements de mode de vie pour prévenir les accidents vasculaires cérébraux

En plus des mesures mentionnées ci-dessus, une chose indispensable qui, si elle est ignorée, rendra difficile la prévention réussie d’un AVC, peu importe à quel point vous prenez les mesures ci-dessus, c’est-à-dire changer votre mode de vie. Plus précisément, vous devez :

  • Connaître l’équilibre entre travail et repos;
  • Savoir contrôler et gérer les émotions négatives, réduire la colère et réduire le stress;
  • Savoir assurer un rythme d’activité raisonnable et scientifique, ne pas se baigner la nuit, ne pas veiller trop tard, etc.
  • Sachez prendre soin de votre santé, garder votre corps au chaud, surtout pendant les changements de saisons.
  • et faire de l’exercice quotidiennement avec un contenu et une durée appropriés

Visite médicale régulière

Enfin, vous devez avoir des examens médicaux réguliers. Selon la condition physique, il est possible de réaliser un examen tous les 6 mois / 1 fois ou un examen annuel pour dépister les maladies opportunes (maladies cardiovasculaires, diabète…). Des bilans de santé réguliers permettent de détecter au plus tôt le risque d’AVC et de maladies potentielles. À partir de là, les médecins auront des interventions proactives pour traiter et guider une prévention efficace des maladies.

About Post Author

Maître VIKUDO

Docteur en Physiopathologie
Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Life 73 _ Ngừng tim đột ngột Life 73 _ Arrêt cardiaque soudain Life 73 _ Sudden Cardiac Arrest Previous post Arrêt cardiaque soudain _ Life 73
Yoga VT23 _ Abdominal pain _ Prevent and Treat Next post Maux de ventre _ Prévenir et traiter avec Yoga _ Yoga VT23

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.